Saint Eubert de Lille

Saint Eubert de Lille

Saint Eubert de Lille
  


Saint Eubert, que quelques auteurs ont aussi nommé saint Eugène, fut le compagnon des travaux de saint Piat, apôtre de Tournai.

On lui donne pour contemporain saint Chryseuil, patron de Commines.

On assure que ces trois Saints souffrirent diverses tortures, et qu'ils furent martyrisés sur la fin du siècle.

On convient généralement que saint Eubert a annoncé la foi dans le Tournaisis conjointement avec saint Piat et saint Chryseuil ; mais aussi il paraît certain qu'il n'a pas été martyrisé avec eux en 286, sous Maximien-Hercule.

Saint Eubert échappa à cette persécution pour la consolation des nouveaux chrétiens de ce pays.

Le culte de saint Eubert est fort célèbre en Flandre.

Ses reliques, que l'on gardait à Seclin, où il mourut vers le début du troisième siècle, ont été depuis transportées dans l'église collégiale de Saint-Pierre à Lille, où elles sont restées jusqu'à la profanation de cette église — qui a fait jusqu'en 1791 un des principaux ornements de cette ville, avait été fondée en 1066 par Baudoin de Lille, comte de Flandre.

Gauthier, évêque de Tournai, en fit la vérification, après avoir ouvert la châsse qui les renfermai, en 1229.

Saint Eubert est nommé sous le premier février dans le martyrologe romain ; on l'honorait le même jour à Lille, dans l'église Saint-Pierre, avec la qualité de patron et un office de “confesseur évêque”.

Alban Butler (Traduction de l'abbé Godescard) ; Vies des Pères, Martyrs et autres principaux Saints; Tome I, Bruxelles 1854.
Source


Saint Eubert, représenté en habits d'évêque (portail sud de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille)



Saint Eubert, parfois nommé saint Eugène, est l'un des évangélisateurs des Flandres, avec saint Piat, apôtre de Tournai et saint Chrysole, patron de Comines.


Hagiographie

Portail sud de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille, représentant saint Eubert effectuant les miracles qui lui sont attribués, et la découverte de son corps en 1230



Selon la Tradition, saint Eubert annonce la foi dans le Tournaisis, conjointement avec saint Piat et saint Chryseuil.

Il est l'un des principaux évangélisateurs des nerviens et des ménapiens dans la seconde moitié du IIIe siècle.

Toutefois, il n'est pas martyrisé avec ses compagnons en 286 mais meurt à Seclin, au début du IVe siècle.

Il est parfois, à tort, présenté comme évêque de Lille.


Culte

Le culte de saint Eubert est très répandu en Flandre.

Ses reliques, que l'on gardait à Seclin ont été transportées dans l'église collégiale Saint-Pierre de Lille, où elles restent jusqu'à la profanation de cette église en 1791.

Saint Eubert est nommé dans le martyrologe romain.

Il est fêté le 1er février.

Il est saint patron de Lille, dont une paroisse porte son nom.

La paroisse Saint Eubert regroupe les églises Saint-Maurice, Saint-Sauveur et Saint-Étienne.

Source :



Église Notre-Dame de La Treille à Lille

Portail Sud dédié à Saint Eubert

Saint Eubert de Lille


Le portail saint Eubert place en son centre, sur le pilier trumeau, le patron en second du diocèse de Lille, entouré d’autres saints évangélisateurs : Eleuthère, Quentin, Piat, Chrysole, Martin et Eloi. Le tympan présente la vocation d’Eubert, les guérisons miraculeuses attribuées à ses saintes reliques, la découverte de son corps en 1230, ainsi que l’apothéose de ce saint dont l’existence n’est avérée que par la légende et la foi qu’elle suscite.

Une certitude toutefois, il n’était pas évêque comme le dit la tradition et comme l’a représenté le sculpteur.

Les trois arcs de la voussure quant à eux hébergent 42 saints martyrs des dix premières persécutions (54-305).

Fête le 1er février et fête locale le 27 août.
En savoir plus :













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire