Sainte Énimie (7ème s.)

Sainte Énimie (7ème s.)
ermite dans le Gévaudan


Sainte Enimie, ermite dans le Gévaudan (7ème s.)


Énimie est une sainte de l'Église catholique, connue comme étant une princesse mérovingienne, fille de Clotaire II et donc sœur de Dagobert.
Elle aurait donc vécu au VIIe siècle.

 

Légende de sainte Énimie

L’histoire de sainte Énimie est contée au fil des siècles grâce à deux textes principaux, l'un datant du XIIe siècle et écrit par un prosateur latin, et l'autre via un poème de 2 000 vers écrit par le troubadour Bertran de Marseille : « La vida de Santa Enimia ».

La lutte contre la lèpre

L'éclatante beauté de la jeune princesse mérovingienne suscite bien des convoitises parmi les nobles du royaume.
Elle, s'évertue à soigner les pauvres, les boiteux, les lépreux. Arrivée à l'âge de trouver un époux, son père lui impose plusieurs prétendants, que celle-ci refuse.
La vertueuse princesse se dit mariée à Dieu et au Christ.
Son père prépare cependant ses épousailles, alors implore-t-elle le Seigneur de lui venir en aide afin de conserver sa pureté.
Dieu l'exauce, et lui inflige la lèpre, terrible maladie qui défigure la princesse.
Durant des années, nul médecin ne parvient à la guérir.
La jeune princesse implore à nouveau l'aide de Dieu.
Un ange messager apparaît et lui dit : « Rends-toi avec ton escorte dans la lointaine province duGévaudan, dans un lieu appelé Burlatis.
Les bergers te guideront vers une source dont l'eau guérira les plaies de ton corps ».
La princesse et son escorte se mettent en route.
Arrivé en Gévaudan, le cortège ne parvient pas à trouver Burle, et en demandant le chemin d'une source pouvant guérir, une femme lui indique une source.
Cependant l'ange apparaît à nouveau lui indiquant que la source dans laquelle elle se baigne n'est pas celle recherchée.
Elle se trouvait alors à Bagnols-les-Bains où « Dieu fait là de puissantes choses, pour ceux qui viennent chercher la santé ».
Le cortège se dirige, lui, vers le Tarn et trouve enfin la source de Burlatis.
Énimie baigne son corps meurtri dans l'eau froide et bleue de Burle, implore le seigneur, et guérit par miracle.
Le cortège décide donc d'entamer le chemin du retour, mais la maladie réapparaît à peine arrivés sur le causse qui domine Burlatis.
Elle retourne alors à la source où le miracle de la guérison se reproduit, mais elle ne peut à nouveau atteindre le causse.
Ce n’est qu’après un troisième bain qu'elle comprend son destin : rester à jamais dans cette région !
Elle décide donc de s'installer, aménageant une grotte qu'elle vient de découvrir, renvoyant ainsi son cortège pour ne garder que sa filleule.
Sa cour, elle, s'installera visiblement dans des hameaux du bord du Tarn.
De sa grotte elle aurait exaucé bien des miracles, mais l'histoire la plus importante reste sa lutte contre le Drac (sorte de diable ou de diablotin en pays d'oc).

La lutte contre le drac


Sainte Enimie, ermite dans le Gévaudan (7ème s.)

 Énimie combattant le drac (paroi de l'église de Sainte-Enimie)

Elle est nommée abbesse par l'évêque Ilère et fonde un couvent mixte au village. D’après la légende, Énimie et Ilère ont combattu le Drac, incarnation du diable.
Le chaos du Pas de Soucy est le reflet de cette lutte.
Énimie passe la fin de sa vie retirée dans une grotte (aujourd’hui l’Ermitage).

Ses reliques

Après sa mort vers 628, son frère Dagobert, devenu roi, agrandit la basilique de Saint-Denis, et part à la recherche de reliques de Saints.
Arrivé sur les bords du Tarn pour venir sur le tombeau de sa sœur, il demande aux moniales où celui-ci se trouve.
Elles se refusent à lui indiquer, ne voulant perdre leur Dame.
Dagobert découvre finalement le tombeau mais hésite entre les deux cercueils.
En effet, afin de se protéger, Énimie n'avait fait marquer aucun nom sur le sien, et celui d'Énimie sur celui de sa filleule.
Ce sont les reliques de la filleule qui reposent auprès des rois de France en la basilique de Saint-Denis.
Cette histoire se serait perdue avec la disparition des moniales, et ce n'est que plus tard lorsque les moines noirs, qui avaient installéleur monastère dans ce bourg, eurent un message divin leur indiquant la supercherie de la princesse.
Les reliques de la princesse sont conservées à l’Ermitage jusqu’en 1970, date à laquelle elles furent volées.
Un pèlerinage a lieu chaque année à l’Ermitage, pour célébrer la patronne du village (premier dimanche d’octobre).








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire