Sainte Fare (7ème s.)

Sainte Fare (7ème s.)
abbesse
 
Sainte Fare, abbesse (7ème s.)

Sainte Fare (ou Fara ou encore Burgondofara), née vers 600 et décédée en 657, est une moniale de tradition irlandaise.

Sous l'influence de Saint Eustache elle fonde un monastère double dont elle est l'abbesse presque toute sa vie.

L'abbaye prendra son nom après sa mort ('abbaye de Faremoutiers').

Liturgiquement sainte Fare est commémorée soit le 3 avril (en Italie), soit le 7 décembre (en France).

Jeunesse

Image illustrative de l'article Fare (abbesse)

Statue de Sainte-Fare
de la Collégiale Saint-Martin de Champeaux
 

Fille du leude d’origine burgonde Hagnéric, elle rencontre vers 610 saint Colomban, et se voue dès lors à Dieu, malgré la résistance paternelle. 
 
Après une longue lutte, soutenue par son frère saint Faron, où elle tombe aveugle, son père cède. 
 
Elle bénéficie d’un miracle de saint Eustache, disciple de Saint-Colomban puis abbé de Luxeuil qui la guérit. 
 
Elle prend le voile à Champeaux, des mains de l’évêque de Meaux Gondoald.

Fondatrice de Faremoutiers

Quelque temps plus tard, son père lui donne un terrain où elle fonde vers 620 l’abbaye de Faremoutiers (Faremoutiers : le monastère de Fare). Cette abbaye est un monastère double, accueillant les moines et les moniales. 
 
Elle place cette abbaye sous la règle de saint Colomban.

Culte

Elle est fêtée le 3 avril et le 7 décembre.
 
Elle était invoquée pour guérir les maladies des yeux.
 
Son culte s'est répandu au XVII° Siècle en Italie par l'Ordre franciscain (Capucins), d'abord à Agrigente puis à Cinisi ; une paroisse lui est encore dédiée en Sicile, à Cinisi dans le district de Palerme (église construite en 1680).
 










 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire