Sainte Glycère (2ème s.)

Sainte Glycère (2ème s.)
martyre à Héraclée

Sainte Glycère, martyre à Héraclée (2ème s.)


Le 13 mai, nous célébrons la mémoire de la Sainte Martyre GLYCERIE et de Saint LAODICIOS le geôlier

La première année du règne d'Antonin le Pieux (138) vivait à Trajanopolis une jeune chrétienne, fille d'un officier romain de haut rang, qui se consacrait à confirmer les Chrétiens du lieu dans la foi.
Le jour d'une fête païienne, elle marqua sur son front le signe de la Croix, et s'avança vers le gouvemeur Sabin présent dans le temple, en se confessant ouvertement servante du Christ.
Comme Sabin lui ordonnait de sacrifîer aux dieux, elle se dirigea vers les idoles et abattit la statue de Zeus par l'invocation du Sauveur, puis elle la mit en pièces.
Les païens se précipitèrent avec rage sur elle et essayèrent de la lapider, sans que les pierres ne puissent l'atteindre.
On la pendit alors par les cheveux et on lui déchira la chair avec des ongles de fer, puis elle fut jetée en prison et laissée sans vivres ni boisson pendant de nombreux jours.
Mais un Ange du Seigneur lui apporta de la nourriture et la fortifia dans l'espérance des biens futurs.
Aussi, quand le gouvemeur la convoqua de nouveau, c'est avec stupéfaction qu'il vit la Sainte apparaître devant lui en bonne santé et rayonnante de confiance en Dieu.
Devant quitter la cité pour se rendre à Héraclée de Thrace, Sabin se fit accompagner par Glycérie.
Elle fut reçue avec déférence par l'Evêque Domitius et par les Chrétiens, qui avaient été informés de son valeureux combat.
Après une nouvelle séance au tribunal, elle fut condamnée à être brûlée vive, mais une rosée céleste éteignit la fournaise dans laquelle elle avait été jetée.
Le juge lui fit alors arracher le cuir chevelu, puis on la conduisit en prison dans l'attente de nouveaux supplices.
Cette fois encore un Ange vint à son secours.
Devant de tels signes divins, le geôlier Laodicios se convertit et fut aussitôt condamné à la décapitation.`
Finalement la Sainte fut livrée aux bêtes sauvages. Une lionne s'élança, furieuse, sur elle, mais elle s'arrêta soudain dans son élan et vint lécher tendrement ses pieds.
Une autre lionne bondit à son tour et d'un léger coup de dent, sans lui provoquer la moindre blessure, permit à Sainte Glycérie de rejoindre dans la joie son Epoux céleste.
Le juge périt peu après misérablement, tandis que l'Evêque allait ensevelir le corps de la valeureuse athlète du Christ non loin de la cité. On édifia ensuite en ce lieu une vaste et magnifique église, où Sainte Glycérie était vénérée par tous les habitants de la cité dont elle était devenue la Sainte patronne (1).
Par la suite son corps fut transféré à Lemnos.
Cependant, de son crâne, resté à Héraclée, continuait de jaillir un Saint Baume qui, telle une source d'eau vive, procurait la guérison à de nombreux pèlerins.
1). Cf. notices de St Parthénios de Lampsaque au 7 fév. et de Ste Elisabeth d'Héracléele 24 avril.
LES ACTES DE SAINTE GLYCÈRE ET DE SAINT LAODICIUS
La première année de l'empereur Antonin, lorsque Sabinus était gouverneur de la Grèce, une grande union régnait entre les habitants chrétiens de Trajanopolis.
Chaque jour ils s'assemblaient en un même lieu, et mettant en commun les efforts de leur zèle, ils demandaient à Dieu la paix ; car, cette société de pieux fidèles craignant le Seigneur était peu nombreuse.
L’empereur Antonin était attaché aux superstitions des Grecs ; il sacrifiait à toutes ces idoles décorées faussement du nom de dieux, mais surtout à Jupiter, qu'il honorait d'un culte particulier ; et sa vie semblait se passer tout entière dans ces pratiques sacrilèges.
Or, un jour, dans le temple de ce même Jupiter, il tint conseil avec des prêtres odieusement impies, et porta un édit qu'il fit publier dans toutes les villes et dans toutes les provinces, ordonnant aux citoyens de se réunir pour sacrifier aux dieux et surtout à Jupiter.
Voici la teneur de cet édit qui, aussitôt après le conseil, promptement promulgué par toute la terre, jeta l'effroi en tous lieux : «Quiconque refusera de sacrifier aux dieux, qu'il meure dans d'affreux tourments.»
L'Europe ne fut point exceptée de ces ordres cruels.
Lorsque le gouverneur les reçut, il offrit tout d'abord un sacrifice dans un temple de Maximianopolis ; mais ce jour-là il se contenta de montrer la loi de l'empereur et ne contraignit encore personne.
Le lendemain, dès le matin, il partit pour Trajanopolis, montra de même la loi aux habitants de cette ville, et fit en conséquence publier le décret suivant : «Sabinus, le très puissant et très illustre gouverneur, à tous les peuples et à tous les pays de son glorieux gouvernement, salut. Aimés tous d'une même pensée et d'un même sentiment, nous nous réunirons dans trois jours ; et, après nous être purifiés, nous entrerons dans le temple de Jupiter, pour y célébrer par un sacrifice au grand Dieu le jour de la naissance de l'empereur. Quiconque aura refusé d'obéir et ne viendra point un flambeau à la main offrir son sacrifice, sera condamné à mourir dans d'affreux tourments.»
Aussitôt, tous les chrétiens de la ville se mirent en prières pour demander à Dieu la paix.
Mais une vierge romaine, nommée Glycère, qui habitait Trajanopolis et dont le père, Macarius, avait été trois fois consul, se rendait chaque jour, et presque à chaque heure, à la pauvre maison où se réunissaient les chrétiens ; et là, payant à Dieu et à son Christ la dette sacrée de sa foi, elle disait : «Vous tous, mes frères et mes sœurs, mes fils et mes pères, et vous, qui que vous soyez, qui me tenez lieu de mères, veillez et tenez-vous sur vos gardes. Considérez avec soin quel est le véritable empereur dont nous portons-le caractère, quel sceau il a imprimé sur nos fronts, de quel Nom enfin nous avons reçu l’inscription. Et parce que nous connaissons la grandeur de nos titres, livrons-nous avec zèle à l'observation des Préceptes du Seigneur, afin de jouir du salut auprès de ce Roi éternel, gardant pour cela pur de toute tache le caractère dont Il nous a marqués.»
Quand elle eut ainsi parlé, tous d'une commune voix s'écrièrent : «C'est notre désir à tous de jouir des grands biens dont tu parles». Glycère alors reprit : «Demandez-le donc à Dieu dans de ferventes prières.»
Trois jours après la proclamation de l'édit, les habitants de la ville, dans les transports d’une aveugle folie, couraient au temple, des torches à la main. Glycère y vint aussi ; elle portait tracée sur son front la croix du Christ, afin que ce signe fût comme un phare lumineux pour sa pensée.
Elle courait au gouverneur, et quand elle fut devant lui : «Très illustre Sabinus, lui dit-elle, je viens commencer les sacrifices qui vont être offerts à Dieu. J'ai droit à cet honneur, et parce que j’arrive ici la première, et parce que mon père a été trois fois consul à Rome.
— Mais, reprit le gouverneur, où est le flambeau qui m'indique que tu veux sacrifier ?
— Mon flambeau, dit Glycère, je le porte sur mon front, et rien ne peut l'éteindre ; il éclaire et consacre les sacrifices sans tache que nous offrons à Dieu, le Roi éternel.»
Alors le gouverneur, qui ne comprenait rien à ce langage, lui dit : «Approche, et sacrifie.
— Le Roi éternel, Dieu, dit Glycère, n'a pas besoin de la fumée de vos flambeaux ; ordonnez de les éteindre, afin qu'ils ne souillent pas mon sacrifice.»
Et le gouverneur les fit éteindre.
Aussitôt après, Glycère, dont le cœur était armé de la force des vierges, lève les yeux au ciel, et, étendant la main vers le peuple : «Voyez-vous, dit-elle, sur mon front briller cet éclatant flambeau ?»
En même temps, elle montrait la croix du Christ.
«Dieu tout-puissant, continue-t-elle, Toi à qui tes serviteurs offrent la gloire et la louange par la croix du Christ, c'est Toi qui T’es montré aux trois bienheureux enfants et les as délivrés de la fournaise, Toi qui as arrêté la fureur des lions ; assuré la victoire à Daniel ton serviteur, renversé Belus, tué le dragon, et détruit l'image des démons. 0 Jésus Christ, très pur Agneau de Dieu, viens; j'implore ta Puissance, secours ma faiblesse ; brise ce démon que la main des hommes a élevé ; dissipe, anéantis les sacrifices nouveaux et insensés que ce peuple veut offrir».
Tout à coup un éclat de tonnerre ébranle le temple, et la statue de Jupiter est renversée et brisée.
À cette vue, le gouverneur et tous les prêtres avec lui sont saisis de fureur; il ordonne de lapider Glycère.
Aussitôt une multitude d'hommes pervers s'empressent et font voler sur la sainte une grêle de pierres ; mais ces pierres d'elles-mêmes viennent se ranger autour de Glycère, comme si on les eût disposées avec art, et ne la touchent pas.
Les bourreaux ne comprirent pas que c'était la main de Dieu qui la protégeait; ils dirent qu'elle était magicienne, et qu'à cause de cela les pierres ne pouvaient l'atteindre.
«Vous dites vrai, reprenait Glycère, je suis magicienne; et ma magie c'est la vertu du Christ qui opère par moi ces merveilles, confond vos erreurs, et écarte les coups dont vous voulez m'accabler.»
En entendant ces paroles, le gouverneur dit : «Qu'on l'enferme et qu'on la garde en prison jusqu'à demain, au grand jour ; de peur que, par ses artifices, elle ne nous échappe, prétendant que son Dieu l'a secourue, et par là n'en séduise un grand nombre.»
Glycère répondit : «0 aveuglement insensé d'une âme souillée ! Tu ne vois pas que je suis enchantée par les Préceptes de mon Dieu et attachée à sa loi par des liens que rien ne saurait rompre. Ces liens sont indissolubles ; mais en même temps ils brisent les chaînes des superbes et dissipent les conseils de ceux qui résistent à Dieu.»
En achevant ces mots, elle se dirigeait vers la prison. Le prêtre Philocrate s'étant approché d'elle, Glycère lui dit : «Marque-moi du caractère du Christ ; orne mon âme par l'effusion du précieux chrême de la vérité, et recommande-moi à Dieu, à ce grand Empereur dans la milice duquel tu sers et dont tu portes les armes; afin que, fortifiée par ce caractère, je triomphe des assauts de l'esprit du mal.»
Le prêtre Philocrate répondit : «Reçois donc le caractère du Christ, et qu'il comble tes désirs; que la glorieuse onction du Seigneur fasse descendre sur toi les grâces que ton cœur demande.» Il dit, et, après lui avoir souhaité la paix, il s'éloigna.
Dès le matin du jour suivant, le gouverneur se rendit au prétoire pour faire comparaître une seconde fois Glycère, et lui demander si elle consentirait à sacrifier aux dieux ; que si elle refusait, il était résolu à épuiser sur elle tous les tourments, et enfin à la condamner à mort.
Glycère fut donc amenée ; la joie de son âme se peignait sur son visage. Le gouverneur lui dit : «Es-tu encore obstinée à ne pas sacrifier au grand Jupiter, à qui l'empereur lui-même sacrifie ? — Comment, répondit Glycère, sacrifierais-je à un dieu qui a été renversé et réduit en pièces ? Il n'a pu se secourir lui-même; et tu veux que je lui sacrifie ! Je ne connais de grand que le Dieu qui a son trône dans les cieux ; c'est Lui qui m'a secourue et qui a confondu votre criminelle puissance. C'est à Lui que je dois des sacrifices et l'hommage de ma reconnaissance.» Le gouverneur à ces paroles lui dit : «Sacrifie avant que j'emploie contre toi les tourments.»
Glycère reprit : «Mon Dieu Lui-même me châtiera, si j'écoute tes conseils. — Eh quoi ! dit le gouverneur, tu veux donc mourir ?» Glycère répondit : «J'ai hâte à remédier aux plaies de mon âme par les souffrances de mon corps ; c'est mon plus grand désir.»
Alors le gouverneur ordonna de suspendre Glycère par les cheveux, et dans cet état de la faire mourir, en déchirant ses membres. Quand elle fut ainsi suspendue : «Gloire Te soit rendue, s'écria-t-elle, ô Dieu tout-puissant, qui n'as pas voulu que ce gouverneur insensé imaginât contre moi d'autres tourments que ces cheveux dont ta Bonté avait fait l'ornement de ma tête. Il en fait l'instrument de mon supplice, mais ils condamneront sa cruauté ; car ta Providence me les avait donnés comme un vêtement pour mon corps ; leur beauté faisait ta Gloire, et voilà qu'ils sont aujourd'hui mon arme pour combattre un impie, l'ennemi des créatures que Tu as formées, et dont Tu as reconnu la bonté.»
À peine elle avait achevé ces paroles, que le gouverneur ordonna de déchirer ses membres.
Or, pendant que sa chair tombait en lambeaux sous les coups, la bienheureuse martyre disait : «Cruel ministre du démon, qui t'inspire toute sa malice, tes tourments ne sont rien, je ne les sens pas ; car j'ai pour soutien le Dieu, Seigneur de toutes choses, qui déjà , par Jésus Christ, m'a sauvé la vie. Prépare donc de plus grands supplices; jusqu'ici, je le répète, tu n'as rien fait.»
Ainsi parlait Glycère ; et les bras des bourreaux, à force de frapper, tombaient déjà de lassitude.
Le gouverneur, se voyant vaincu, la fait descendre à terre et ordonne qu'on la frappe au visage.
«0 Dieu, s'écrie alors Glycère, le Christ est ma Lumière et mon Appui ; c'est Lui dont la Bonté fortifie les pensées de sa servante. Seigneur, je T’en conjure, que ta divine Clarté se répande sur mon visage, et qu'elle me prépare à recevoir ces nouveaux coups. Que ta Patience, ô Dieu, soit ma force; car Tu es le Dieu qui, par notre Seigneur Jésus Christ, aimes à communiquer les trésors de ton Esprit saint à ceux qui d'un cœur généreux et ferme savent confesser ton Nom. C'est Toi qui as secouru dans leurs combats tous tes saints qui m'ont appris à Te connaître ; par eux, j’ai embrassé ta foi avec amour; exauce donc aujourd'hui ta servante; car c'est pour la gloire de ton Nom que je demande à échapper aux pièges du diable et à la gueule du dragon.»
Pendant qu'elle parlait ainsi, les bourreaux frappaient.
Mais l'ange du Seigneur descendit tout à coup pour l'assister, il renversa ces barbares qui parurent comme frappés de mort.
Alors le gouverneur dit : «Pourquoi, Glycère, n'obéis-tu pas à l'empereur ?»
Glycère répondit : «À quel empereur veux-tu que j'obéisse ?
— À celui, dit le gouverneur, qui tient dans ses mains les rênes du monde et qui a porté la loi.»
Glycère reprit : «Et moi, c'est à Dieu, le souverain empereur de l'univers, que j'obéis ; c'est sa loi que j'observe.»
Le gouverneur, insista : «Obéis et sacrifie aux dieux.»
Mais Glycère reprit encore : «Non, je ne consentirai point à offrir le sacrifice dont tu veux me faire une loi ; car ce n'est qu’une sacrilège vanité. Mais j'offrirai à mon Dieu le sacrifice qu'Il nous demande par son divin Esprit, Celui d'Abraham notre père, qui par l'immolation de son fils Isaac fut si agréable au vrai Dieu, qu'il mérita en récompense de devenir le, père de nombreuses nations.
— Encore une fois, dit le gouverneur, fais ce que j'ordonne et sacrifie ; de peur que, pauvre femme tristement trompée, tu ne périsses victime d’une mort honteuse et cruelle.»
Elle répondit : «Le Christ est le Chef qui préside à notre combat ; et, dans le stade spirituel, Il couronne glorieusement non seulement les hommes, mais encore les femmes qui luttent contre le diable ton père ; car le stade de la vérité est ouvert à tous ceux qui veulent y courir. »
Le gouverneur la fit reconduire en prison, et défendit de lui donner aucune nourriture.
Pleine de joie à cet ordre, elle quitta le prétoire et entra dans la prison, en chantant les louanges de Dieu.
Le geôlier qui la gardait était saisi d'une grande crainte.
Pour elle, elle répétait avec un pieux enthousiasme : «Tu es béni, Seigneur Dieu de nos pères ; car Tu T’es fait connaître aux saints, observateurs de ta loi ; Tu T’es montré à saint Pierre, quand il allait quitter Rome, et par lui Tu as confondu ton ennemi, le magicien Simon ; comme autrefois Tu as sauvé David et terrassé sous ses pieds Goliath, son superbe adversaire. 0 Toi, Dieu de pureté, digne de tous les hommages, exauce-moi; sois avec ta servante et arrache-la aux mains d'un gouverneur pervers.»
Trois jours après, le gouverneur dit à un tribun : «Prends cet anneau, va, et scelle la porte de la prison où l'on tient enfermée la magicienne.»
Le tribun alla donc, et entrant dans la prison, il trouva Glycère occupée à chanter les louanges de Dieu.
Du reste, on la gardait avec le plus grand soin.
Il imprima le sceau sur les portes et ordonna qu'on redoublât encore de vigilance autour de la prison.
Mais Glycère ainsi renfermée glorifiait Dieu, et les anges lui apportaient sa nourriture.
Quelques jours après, le gouverneur, sur le point de partir pour Héraclée, se transporta à la prison ; il venait pour donner l’ordre qu'on fît marcher Glycère à sa suite.
Quand il vit les portes scellées encore, après un si long temps, il pensa qu'elle était morte.
Mais lorsqu'il eut ouvert, il vit la bienheureuse déliée de ses chaînes, et devant elle une table sur laquelle étaient du pain, du lait et une coupe pleine d'eau.
Frappé d'étonnement, mais ne comprenant pas que c'était Dieu qui la nourrissait, il la fit sortir. Elle fit alors à Dieu cette prière : «Seigneur mon Dieu, Tu nous as enseigné la science de la vérité ; ta Providence infinie s'étend sur le peuple qui est à Toi ; par ton ange Tu as donné à Daniel sa nourriture, et Tu as fait trouver au saint prophète Élie son repas dans le torrent ; Tu ramènes ceux qui s'égarent et Tu éclaires les aveugles. Aujourd'hui, ô mon Dieu, Tu T’es ressouvenu de ton indigne servante; Tu l'as exaucée, et Tu as répandu sur elle de nouveaux bienfaits que Tu as puisés à la source intarissable de ton Trésor.»
Ainsi priait Glycère ; sans interrompre ses louanges au Seigneur, elle marcha vers Héraclée.
Le gouverneur, dès son arrivée, avait voulu offrir un sacrifice dans le temple de Jupiter.
Cependant les chrétiens de la ville, instruits des combats de la bienheureuse martyre, vinrent au-devant d'elle, avec leur vénérable évêque Dométius, jusqu’à une distance de trois milles.
En la voyant, l'évêque s'adressant à Dieu : «0 Christ, dit-il, Lumière qui ne T'éteins jamais, Soleil de justice qui éclaires ceux qui sont dans les ténèbres et diriges ceux qui s'égarent, Toi qui as conduit Moïse et précipité Pharaon dans la mer, sois Toi-même, nous T’en conjurons, le Défenseur et le Guide de ta servante dans la confession qu'elle va faire de votre Nom.»
Après cette prière de l'évêque, la sainte martyre du Christ, Glycère, entra dans la ville.
Le lendemain, le gouverneur se la fit amener, ordonnant qu'elle fût brûlée, si elle ne voulait pas sacrifier aux dieux.
Quand elle fut devant son tribunal, il lui dit : «Glycère, as-tu enfin pris une résolution ?»
La bienheureuse répondit : «Il est écrit dans la loi : «Vous ne tenterez pas le Seigneur votre Dieu;» et encore : «Que votre parole soit : Oui, oui; non, non.»
Or, je t'ai dit que j'étais unie à mon Dieu, et que j'avais renoncé au diable dont tu t'es fait l'esclave. Comment donc, épouse du Christ, pourrais-je jamais me séparer de Lui, et au lieu de la vie choisir la mort ? Fais ce qu'il te plaira ; car pour moi, je suis prête à mépriser tout ce qui est petit et éphémère, pour m'assurer la jouissance des biens du ciel.»
Alors le gouverneur ordonna qu'on la jetât dans une fournaise ardente.
Les feux étant allumés, la sainte martyre s'arma du signe de la croix, et dit : «Seigneur, Dieu tout-puissant, je Te bénis et je célèbre la gloire de ton Nom; parce que Tu as préparé à ta servante ce jour et cette heure pour être le gage d'une éternelle joie. La confession que j'ai faite de ton Nom, Tu l'as écrite sous les yeux des anges et des hommes, afin qu'elle ne périsse pas. Remplissez le désir de mon âme, et montrez à ce gouverneur injuste et impie que Tu es mon soutien.»
Elle dit, et à peine on l'eut jetée dans la fournaise, qu’aussitôt une abondante rosée tomba du ciel, éteignit la flamme, et la sainte parut au milieu de la fournaise comme un innocent agneau.
Elle se tenait debout et chantait : «Tu es saint, ô mon Dieu, Toi qui du ciel as envoyé un Secours divin à Glycère, ton indigne servante, afin que les flammes apprissent que tout est soumis à ta Volonté. Ces torrents de flammes n'ont pu résister à la puissance de tes Ordres; ils ont fui et maintenant ils dévorent la conscience criminelle du gouverneur.»
En achevant ces mots, elle sortit de la fournaise, sans que les feux l'eussent touchée.
Alors le gouverneur : «Quel est donc le secours sur lequel tu comptes, pour ne pas sacrifier ?»
Glycère répondit : «Le Secours de mon Dieu et de son Christ.»
Le gouverneur dit : «Cesse d'employer des paroles artificieuses, qui trompent le peuple.»
Glycère reprit : «Ce n'est point par des paroles artificieuses, mais par les discours et les actions de la piété que je rends à tous témoignage de ma foi.»
Le gouverneur ordonna qu'on lui enlevât la peau de la tête jusqu'au front.
Et aussitôt les bourreaux, après lui avoir fortement lié les pieds et les mains, se mirent à exécuter cet ordre barbare.
Mais la sainte, pendant ce supplice, faisait à Dieu cette prière : «Seigneur mon Dieu, qui donnes à la lumière son éclat, et fais fleurir la justice, je Te demande, ô mon Dieu, par ce tourment, de montrer à l'impie Sabinus que tous ceux qui ont mis en Toi leur confiance n'ont d'autre désir que de mériter par les plus grands supplices la couronne du martyre. C'est pourquoi je Te rends grâces; cette peau qu'on arrache à ma chair est un voile qui se déchire, afin qu'éclairée de ta Lumière, je puisse dire : «Enlève de dessus mes yeux le voile qui les recouvre, et je considérerai les merveilles de ta Loi.»
Le gouverneur, impatient de ces reproches faits à sa cruauté, la fit reconduire en prison pour y être gardée jusqu'au lendemain ; il ordonna qu'on lui attachât les pieds et les mains, puis qu'on la roulât violemment sur un lit de pierres aiguës.
C'est dans ce supplice cruel qu'il voulait la faire mourir.
Ses bourreaux lui obéirent avec une impitoyable rigueur.
Mais au milieu de la nuit, un ange du Seigneur vint, rompit les chaînes de Glycère, et, guérissant ses plaies, rendit à son visage la beauté première que Dieu lui avait donnée.
Le lendemain, dès le matin, le gouverneur vint à son tour et ordonna qu'on lui amenât la sainte martyre.
Mais quand le geôlier, ouvrant les portes de la prison, eût vu les chaînes rompues, et sa captive tellement transformée qu'il ne la pouvait plus reconnaître, dans un mouvement de désespoir il voulut se tuer lui-même.
«Arrête, lui cria Glycère ; épargne ton âme. Je suis cette que tu cherches.»
Le geôlier tremblant lui dit : «Aie pitié de moi, je t'en conjure, sauve-moi de la mort; je crois au Dieu qui t'a secourue. — Suis le Christ, reprit GIycère; car c'est Lui qui donne le salut.»
Alors il fit sortir la sainte, et lui-même se chargeant des chaînes qu'elle portait, marchait derrière elle.
À cette vue, le gouverneur s'écria : «Qu'est-ce donc, Laodicius ? Qu'est devenue cette femme que je t'avais donnée à garder dans les fers ?»
Laodicius reprit : «Tu la vois devant ton tribunal. La nuit dernière, elle a été tout environnée d'une Lumière divine; Dieu par la main d'un ange lui a rendu l'éclat de sa beauté, en même temps qu'Il a brisé ses chaînes. Et ces chaînes, je les ai prises pour moi, car j'ai vu les miracles de Dieu ; je crois, et je veux partager le sort de Glycère. — Qu'on lui tranche la tête, dit aussitôt le gouverneur; et voyons si le Christ viendra le secourir.»
Laodicius, au moment où la hache allait le frapper, fit cette prière : «Dieu des chrétiens, daigne, je T’en conjure, me réunir à Glycère ta servante.»
La sainte de son côté disait : «Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui as dissipé les douleurs de la mort et délivré les captifs, sauve ton serviteur Laodicius ; qu’iI trouve sa perfection et son bonheur dans la profession qu'il fait de croire à ton Christ, et reçois son âme clans la paix.»
En entendant cette prière, Laodicius ajouta : «Amen!»
Et presque en même temps il fut frappé de la hache. Les chrétiens enlevèrent son corps.
Le gouverneur ensuite dit à Glycère : «Tu sais, Glycère, quelle est la noblesse de ta famille; ton père a été trois fois consul à Rome, et le nom de ta mère ne lui est point inférieur en célébrité. Dis-nous donc quel est celui qui t'a secourue ? — C'est le Christ le Sauveur du monde, le Dieu de toute consolation, qui m’a nourrie dans la prison, a brisé mes chaînes et rendu à mon visage sa beauté première; c'est Lui qui est mon protecteur.»
À ces mots, le gouverneur ordonna qu'on l'exposât dans le cirque, et qu'elle y combattit contre les bêtes.
La sainte s'y présenta comme elle aurait fait au plus agréable festin. Le gouverneur était sur son tribunal.
Glycère d'un air joyeux, mais d'un pas modeste, s'avance et s'arrête au milieu du stade, attendant le Secours du Christ.
Tout à coup l'officier préposé à la garde des bêtes lève les barrières. Une lionne d'une grandeur prodigieuse s'élance en frémissant jusque auprès de la vierge ; mais bientôt ce terrible animal se roule à ses pieds.
La sainte à cette vue lève les yeux au ciel et dit : «Grâces Te soient rendues, Dieu tout-puissant, Dieu de nos pères, Dieu des miséricordes, qui, pour montrer la puissance de ta Divinité, as amolli la fureur des bêtes sauvages, rendu douces et faciles les choses les plus difficiles et les plus dures, et fait couler dans des déserts arides des eaux abondantes. Ô Dieu, exauce-moi et rendes à ce gouverneur méchant le juste salaire de ses desseins. À moi, je T’en conjure, donne la grâce de faire toujours ce qui vous est agréable et d'observer vos commandements, afin que je mérite de recevoir avec nos glorieux pères la sainte couronne.»
Quand elle eut achevé, une voix se fit entendre du ciel et lui dit : «J'ai exaucé ta prière; viens en paix; les portes du royaume des cieux te sont ouvertes.»
Une seconde lionne fut alors lancé sur Glycère. Cette bête féroce s'élança sur la martyre et lui fit sentir sa dent meurtrière. La blessure néanmoins aucune trace sur le corps de la vierge ; mais le saint combat était terminé.
Glycère expira, après ce long et glorieux témoignage rendu à la vérité.
L'officier leva de nouveau les barrières, et les bêtes rentrèrent dans leur repaire avec tous les signes d'une douloureuse tristesse.
Pour le gouverneur, immédiatement frappé d'une maladie subite, il mourut sur le lieu même, privé de tout secours humain, laissant à tous un terrible exemple.
Quand la mort eut couronné le martyre de la bienheureuse Glycère, l'évêque Dométius recueillit son corps et le déposa près de la ville, dans un lieu saint.
Nous honorons la mémoire de cette vierge avec un pieux respect, le treizième jour de mai demandant à Dieu de nous associer à sa Gloire.
Sainte Glycère souffrit le martyre avec Laodicius, Antonin étant l’empereur, Sabinus gouverneur de la Grèce, et sur nous chrétiens régnant en souverain Maître notre Seigneur Jésus Christ, à qui est la gloire avec le Père et l'Esprit saint, dans les siècles des siècles. Amen.
En savoir plus :








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire