Bienheureuse Marie-Madeleine de l'Incarnation († 1824)

Bienheureuse Marie-Madeleine de l'Incarnation († 1824)
fondatrice de l'institut de l'Adoration Perpétuelle du Très Saint Sacrement

Bienheureuse Marie-Madeleine de l'Incarnation, fondatrice de l'institut de l'Adoration Perpétuelle du Très Saint Sacrement († 1824)


Catherine Sordini naquit à Porto Santo Stefano, le 17 avril 1770.

A seize ans, elle était promise à un heureux mariage ; mais elle déclina la proposition et entra chez les Tertiaires Franciscaines à Ischia di Castro, près de Viterbe, où elle reçut l'habit religieux en 1799.

Elle avait comme père spirituel Don Baldeschi qui l'inspira dans la fondation d'un futur institut religieux dédié à l'adoration perpétuelle.

Entre temps, elle fut élue, à seulement 32 ans, comme abbesse des Tertiaires Franciscaines.

Elle se dédia alors à retrouver la règle originelle et à renflouer les comptes...

Elle fut aussi favorisée de dons et de faveurs mystiques extraordinaires.

Sa réputation d' abbesse dynamique se répandit dans la région ; mais elle n'abandonnait pas son idée de fondatrice.

Avec l'accord de l'évêque du lieu, elle quitta ses Sœurs et s'installa, avec la bénédiction du Pape Pie VII, à Rome dans un ancien couvent de Carmélites pour ouvrir la première maison des Sœurs de l'Adoration Perpétuelle du Très Saint Sacrement.

Pendant l'occupation française de Rome, les Congrégations contemplatives furent dispersées et Mère Marie-Madeleine de l'Incarnation dut prendre le chemin de l'exil à Florence.

Elle y fit la connaissance de jeunes femmes qui furent le noyau des nouvelles Adoratrices, lorsqu'elle put revenir à Rome dans une nouvelle maison, en 1814.

En 1818, Pie VII approuva définitivement la Règle de l'Institut, dédié à l'exposition solennelle du Saint Sacrement et à son adoration continue.

La Mère fondatrice mourut  en odeur de sainteté, le 29 novembre 1824, accompagnée de phénomènes mystiques.

Elle fut inhumée en l'église Sainte-Anne du Quirinal avec la permission du Pape qui à l' époque demeurait au Palais du Quirinal.

En 1839, sa dépouille fut transférée en l'église Sainte-Marie-Madeleine du Monte Cavallo, nouveau siège des Adoratrices.

Aujourd'hui les Adoratrices sont présentes en Amérique, en Afrique et dans plusieurs pays européens. En Italie, elles sont regroupées en une douzaine de maisons.

Marie-Madeleine de l'Incarnation vient d' être béatifiée, le 3 mai 2008, en la basilique Saint-Jean-de-Latran.


Image illustrative de l'article Marie-Madeleine de l'Incarnation


Marie-Madeleine de l'Incarnation (Porto Santo Stefano, 16 avril 1770 – Rome, 29 novembre 1824) est une religieuse italienne, fondatrice de l'ordre des Adoratrices perpétuelles du Saint-Sacrement et reconnue bienheureuse par l'Église catholique.


Plaque commémorative à l'entrée de la maison de naissance de la bienheureuse dans la via del Molo dans le centre de Porto Santo Stefano

 

Biographie

Catherine est la fille de Lorenzo Sordini et Teresa Moizzo, quatrième de neuf enfants, elle passe son enfance à Porto Santo Stefano en Toscane, où sa famille possède une ferme qui comprend une grande oliveraie, diverses vignes et une épaisse forêt de chênes.

Parmi ces arbres se trouve le chêne vert de Cala Grande, toujours présent, où elle aimait prier et ayant à sa base des traces de genoux que la tradition lui attribue.

Elle entre à l'âge de seize ans au monastère des franciscaines à Ischia di Castro (Viterbe), à l'âge de 19 ans, elle prononce ses vœux et prend le nom de Marie-Madeleine de l'Incarnation.

En avril 1802, à seulement 32 ans, elle est élue abbesse du couvent, elle renforce la vie de pauvreté et de pénitence du couvent.

En 1803, le roi Charles-Emmanuel IV de Savoie, roi de Sardaigne, se rend au monastère pour lui parler, l'entretien dure environ deux heures.

Des épisodes de ce genre, ainsi que certains phénomènes mystiques propagent sa renommée dans les environs.

Dans l'intervalle, sous la direction spirituelle du père Giovanni Baldeschi, elle a le projet de la fondation d'une communauté religieuse monastique consacrée uniquement à l'adoration du Saint Sacrement.

Avec la permission de Mgr Pierleone, évêque de Acquapendente, elle commence à élaborer la règle du nouvel institut religieux.

En 1807, elle quitte le couvent de Ischia di Castro et se rend à Rome, où, avec le consentement du pape Pie VII, elle fonde le premier couvent d'adoratrices dans un ancien monastère de carmélites près des Quatre Fontaines.

L'année suivante, le Cardinal-vicaire Giulio Maria della Somaglia, signe le décret d'approbation de la règle.

La même année, les Français occupent Rome et dissolvent les communautés religieuses, y compris celui des adoratrices du très saint Sacrement.

Marie-Madeleine est forcée de se rendre en Toscane puis retourne à Rome avec un groupe de nouvelles compagnes en 1814, pour s'installer dans l'église sainte-Anne au Quirinal.

En 1817, est approuvé, sous l'accord du pape lui-même, l'habit des moniales (robe blanche,voile noir et scapulaire rouge avec un ostensoir blanc brodé sur la poitrine).

Le pape Pie VII approuve définitivement le nouvel institut en février 1818.

Elle meurt à Rome le 29 novembre 1824 et est enterrée à sainte Anne du Quirinale avec la permission du pape, qui avait alors sa résidence dans le palais du Quirinal, mais en 1839, ses restes sont transférés dans l'église de Santa Maria Maddalena à Monte-Cavallo, le nouveau siège à Rome des adoratrices, et dans le même temps, commence  le processus de béatification.

Depuis 1968, ses restes reposent dans l'église du monastère des adoratrices de Rome, transféré le 28 janvier 2004, dans un lieu qui lui est consacré.

Marie-Madeleine est déclarée vénérable le 24 avril 2001 par Jean-Paul II et béatifiée par Benoît XVI le 3 mai 2008, à Rome, à la basilique Saint-Jean-de-Latran.

Sa mémoire liturgique est le 29 novembre.

Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Madeleine_de_l'Incarnation

















 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire