Saint Frou ou Frodulphe (8ème s.)

Saint Frou ou Frodulphe (8ème s.)

Saint Frou ou Frodulphe (8ème s.)



Frodulphe ou Frou, est un religieux catholique français, né à Autun, disciple de Saint-Médéric dit aussi Saint-Merry, et décédé à Barjon.

 

Biographie

Placé tout jeune garçon, comme oblat, à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, il y apprend la prière, la méditation, et la pénitence.

C'est sous l'abbatiat de Saint-Merry, qui en fit son disciple et ami.

Ce saint homme l'avait tenu sur les fonts baptismaux, et s'était consacré à son éducation.

Lorsque St Merry quitta le monastère pour se réfugier dans la solitude des grands bois du Morvan, sûrement fût-il de ceux qu partirent à sa recherche et l'ayant retrouvé, l'implorèrent de rentrer s'occuper d'eux.

N'y étant pas parvenu, il fut sûrement des frères qui allèrent quêrir l'évêque d'Autun : Ansbert, pour le ramener au sein de son troupeau. Une fois rentré, la vie reprit son cours.

Frodulphe, accompagna son maître dans son déplacement à Paris, vers 696, en pèlerinage à Paris sur le tombeau de Saint-Denis, et rencontra leur compatriote le grand : Saint-Germain, qui fut jadis abbé de l'Abbaye de Saint-Symphorien d'Autun.

Chemin faisant, il s'arrêtèrent à la Collégiale Saint-Martin de Champeaux en Brie, près de Melun, Merry étant malade.

Ils avaient fait ce long voyage à pieds.

Repartis pour Paris, les deux hommes s'arrêtèrent à Bonneuil-sur-Marne, et à Charenton-le-Pont, l'abbé Merry multipliant les miracles, sur son passage.

S'étant de nouveau installé dans un lieu solitaire, des fidèles se groupèrent et c'est ainsi que naquit le hameau de Saint-Méry.

Décidant de se recueillir également sur le tombeau de Saint-Denis, ils firent une halte à Thomery.

Arrivés à Paris, ils découvrirent, dans un petit bois, sur ce qui fut autrefois l'Île Saint-Martin, dans le marais, une petite chapelle, près de l'église de Saint-Pierre-des-Bois, ou ils décidérent de séjourner.

Ils demeurèrent là pendant deux années et neuf mois.

C'est dans cet ermitage que son compagnon expira le 29 août 700.

Frodulphe rentra en Bourgogne, et devint abbé du monastère de St Martin, qu'il quitta lorsque les sarrasins du général Ambiza, saccagèrent Autun, le 22 août 725 et se retira comme ermite dans la solitude de Barjon.

Une partie de son corps fut rapatrié à Paris pour être inhumé près de maître dans la chapelle Saint-Pierre.

Des ossements de son corps sont dans un reliquaire en bois doré dans l'église paroissiale de Saint-Philibert à Trouhaut en Côte-d'Or.

 

Invocations

  • Les mots de tête et mal de dents.
Fête locale le 22 avril et le 29 août.
En savoir plus :












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire