Sainte Fabiola († 399)

Sainte Fabiola († 399)
Veuve à Rome, fondatrice du premier hôpital d'Occident 

Sainte Fabiola, Veuve à Rome, fondatrice du premier hôpital d'Occident († 399)



Fabiole ou Fabiola († 400) est une personnalité romaine du IVe siècle, considérée comme sainte par l'Église catholique.

Biographie

Issue d'une famille illustre de Rome, les Fabii, Fabiole fit bâtir à ses frais un hôpital, distribua son bien aux pauvres, alla visiter les lieux saints et mourut en 399 ou 400.
Jérôme de Stridon a célébré ses vertus. 
On l'honore le 27 décembre.

Elle fut choisie comme sainte patronne des femmes battues et des infirmières.

Elle fut immortalisée dans un tableau par Jean-Jacques Henner en 1885. L'original du tableau aurait disparu dans le séisme de 1906 à San Francisco, mais les copies de cette représentation de profil sont nombreuses.
Source :



Elle appartenait à une grande famille patricienne, la "gens" des Fabiens.
Elle connut quelques écarts matrimoniaux, divorçant d'avec son mari légitime pour en épouser un autre.

Tous deux ne tardèrent pas à mourir.

Alors, publiquement, elle fit pénitence et dépensa son immense fortune pour fonder à Rome le premier hôpital en Occident et un accueil pour les pèlerins.

Saint Jérôme, qui fut très impressionné par sa forte personnalité, en écrivit la biographie.

Femme issue d’une illustre famille de patriciens romains, elle est amie et disciple de Saint-Jérôme. Mariée à un homme qui la trompe et dont elle ne supporte plus le caractère difficile et les excès de débauches, elle décide de divorcer, comme l’y autorise la loi romaine.

Cependant, elle enfreint les lois de l’Église lorsqu’elle décide de se remarier alors que son premier époux est encore vivant.

Son second compagnon étant décédé, elle se retrouve veuve et commence à regretter son erreur.

En guise de pénitence, elle distribue la majeure partie de sa fortune à des œuvres charitables ou à des églises et entreprend la fondation du premier hôpital chrétien d’Occident, qu’elle administre elle-même, tout en prodiguant des soins aux malades et aux déshérités.

Après un bref séjour à Bethléem, elle revient à Rome où elle aide un ancien sénateur nommé Pammachius à fonder un nouvel hospice destinés aux pèlerins pauvres et consacre le reste de sa vie au service des autres. 

En savoir plus :








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire