Saint Bacchus et Serge († v. 300)

Saints Bacchus et Serge († v. 300)
Martyr en Syrie, avec son compagnon Serge 




Saint Bacchus. Martyr en Syrie, avec son compagnon Serge († v. 300)


 Saint Bacchus

Saint Bacchus (mort en 303) était un officier de l'armée romaine qui est mort martyr à cause de sa foi chrétienne.

 

Histoire

Au IVe siècleDioclétien, le dernier empereur païen, régnait, avec Maximien Hercule, co-empereur, sur l’empire romain qui s’étendait sur tout le pourtour méditerranéen.

Dioclétien qui, au début de son règne, avait été tolérant avec les chrétiens, dont beaucoup occupaient de hautes fonctions militaires ou administratives, entreprit de purger l’armée de ses éléments qui avaient embrassé la religion du Christ.

À l’automne 303, son co-empereur Maximien Hercule en voyage à Samosate, capitale de la Comagène (province située dans la Turquie actuelle au nord d'Urfa), décida de démasquer les chrétiens qui pouvaient se trouver parmi la hiérarchie des légions.

Pour ce faire, il convia tous les officiers à des libations (rituels religieux) en l’honneur de Jupiter.

Tous vinrent, sauf deux, Serge et Bacchus qui, chrétiens l’un et l’autre refusèrent de participer à des cérémonies qui parodiaient la sainte cène du Christ.

Ils furent aussitôt condamnés à mort et livrés pour leur exécution à Antiochus, le préfet le plus cruel de l’Empire d’orient qui choisit lui-même leur supplice.

Serge fut chaussé de sandales dont la semelle avait été hérissée de pointes acérées et dut courir jusqu’à épuisement devant le char d’Antiochus avant d’être décapité.

Quant à Bacchus, en raison de son nom, celui du dieu païen de la vigne et du vin, il fut jeté à terre, flagellé et foulé aux pieds comme raisin par la soldatesque déchaînée.

La Légende dorée dit que « deux anges l’élevèrent au ciel, tandis que son sang giclait de toute part comme le pur jus de grappe ».

 

Célébration

L’église a canonisé les martyrs Serge et Bacchus, et célèbre leur fête le 7 octobre, en pleine saison des vendanges.

Ils seront reconnus par l'Église catholique romaine et l'Église orthodoxe.

Si le nom de Serge est resté bien vivant, celui de Bacchus fut oublié, vraisemblablement en raison de son homonymie avec le dieu païen, jugée gênante.

Toutefois, de nombreuses traces de son souvenir ont résisté au temps, en Orient tout comme en Occident, comme par exemple :
  • au Caire avec l'église Saint-Bacchus ;
  • à Maaloula en Syrie avec l'église Saint-Serge-et-Saint-Bacchus ;
  • à Constantinople (Istanbul) avec l'église Saint-Bacchus qui fût transformée en mosquée ;
  • à Berzé-la-Ville près de Mâcon, comme en témoignent les fresques de la chapelle. On peut noter qu'à cheval, saint Bacchus est représenté sur le dos d'une monture à robe sombre, à l'inverse de Saint Serge dont la monture est à robe claire.

 

Anecdotes

  • Le 7 octobre 1949, le Comte Jean-Paul Mariage Eudes de Saint Pierre, aimable épicurien et grand amateur de bon vin et de bonne chère, créé l'Ordre Hospitalier Curieux et Courtois des Chevaliers de Saint Bacchus dont Bacchus est le Saint patron.
  • Le martyr de ce Saint a inspiré le poète médiéval Geoffroy de l’Isle de France, qui a comparé son supplice à celui infligé à la grappe de raisin.
  • Saint Bacchus est cité dans les Acta Sanctorum de la Société des Bollandistes.



Serge et Bacchus, icône du VIIe siècle


Des Saints Serge et Bacchus de Rasafa Serge était commandant de la Schola Gentilium, troupe d'élite romaine composée de Barbares.

Dénoncé comme chrétien, flagellé avec Bacchus, qui en mourut, finalement décapité à Resafa dans le désert syrien près de l'Euphrate en 303.

Serge et Bacchus sont très anciennement vénérés en France, en tant que martyrs par les Églises orthodoxe et catholique ; ils sont fêtés le 7 ou le 8 octobre.

 

Légende

Frise qui représente le martyre de Bacchus, flagellé et de Serge, conduit à la décapitation


Serge et Bacchus étaient officiers de l'armée romaine et secrètement chrétiens ; leur martyrologe raconte que leur religion fut découverte quand ils essayèrent de ne pas accompagner un fonctionnaire romain dans un temple païen avec le reste de ses gardes du corps.

Après qu'ils eurent persisté dans leur refus d'adorer les dieux romains, ils furent torturés et mis à mort par l'ordre de l'empereur romain Maximien.

On pense que Bacchus mourut pendant la torture, pendant que Serge survécut et fut décapité par la suite.

Le site traditionnel de la mort de Serge est Rasafa.

Selon la légende, alors qu'il était mort sous la torture, Bacchus apparut en esprit à Serge, que l'on torturait toujours et l'encouragea à résister, car ils seraient bientôt réunis au Ciel.

 

Vénération

Rasafa fut par la suite rebaptisé Sergiopolis et devint un des plus grands centres de pèlerinage de l'Orient.

Devenue le siège d'un évêché, elle conservait ses reliques dans une basilique fortifiée.

L'église fut embellie et le site renforcé par Justinien.

Beaucoup d'autres églises furent construites sous l'invocation de Serge, quelquefois accompagné de Bacchus.

Serge était un saint très populaire en Syrie et dans l'Arabie chrétienne.

Les nomades du désert considéraient Serge comme leur saint patron particulier.

Sa fête est célébrée le 7 ou le 8 octobre.

Dans l'Empire byzantin, ils étaient vénérés comme les protecteurs de l'armée.

Une grande église monastique leur fut consacrée à Constantinople par Justinien Ier, probablement en 527.

Elle fut transformée en mosquée après la conquête de Cosntantinople par les Ottomans, connue aujourd'hui sous le nom de Küçük Ayasofya Camii (« Petite Sainte Sophie »).

Aujourd'hui, le « couple » saint Serge et saint Bacchus est souvent invoqué parmi les preuves de l'existence d'un mariage homosexuel religieux dans les premiers siècles de l'Église.

Dès le IXe siècle une église de Rome leur est dédiée : l'église Santi Sergio e Bacco degli Ucraini.
Source
En savoir plus :
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct07.html









 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire