Saint Wulfstan ou Vulstan († 1095)

Saint Wulfstan ou Vulstan († 1095)
Évêque de Worcester et archevêque d'York


Wulfstan est un prélat anglo-saxon né vers 1008 et mort le 19 ou le 20 janvier 1095.

Évêque de Worcester de 1062 à sa mort, il est parfois appelé Wulfstan II pour le distinguer de Wulfstan Lupus, un de ses prédécesseurs.

À sa mort, il est le dernier évêque anglais élu avant la conquête normande, et le dernier évêque natif d'Angleterre.

Canonisé en 1203, Wulfstan est fêté le 19 janvier.


Biographie

Wulfstan naît vers 1008 dans une famille aisée du Warwickshire.

Il est éduqué à l'abbaye d'Evesham, puis à l'abbaye de Peterborough.

Ayant décidé d'entrer en religion, il est ordonné prêtre par l'évêque de Worcester Brihtheah, qui lui confie l'église de Hawkesbury, dans le Gloucestershire. Cependant, Wulfstan choisit la vie monastique et devient moine au chapitre de la cathédrale de Worcester, dont il devient le prieur vers 1055.

En 1060, l'évêque de Worcester Ealdred est élu archevêque d'York. Contrairement à plusieurs de ses prédécesseurs, il est incapable de conserver le siège de Worcester en plus de celui d'York, car le pape Nicolas II le lui interdit explicitement.

Ealdred avance le nom de Wulfstan, qui est également soutenu par les comtes Harold de Wessex et Ælfgar de Mercie.

Il est élu à Pâques 1062 et sacré par Ealdred le 8 septembre.

Cependant, l'archevêque d'York profite de sa position pour accaparer une partie des domaines relevant de Worcester, ce contre quoi Wulfstan est tout d'abord impuissant.

Après la bataille d'Hastings, Wulfstan fait partie des grands du royaume qui prêtent serment de fidélité à Guillaume le Conquérant en octobre 1066 à Berkhamsted.

Il assiste vraisemblablement au sacre de Guillaume en l'abbaye de Westminster le jour de Noël.

Plusieurs évêques anglais sont déposés lors d'un concile en 1070, mais Wulfstan reste en poste jusqu'à sa mort.

Après la mort d'Ealdred, en 1069, il parvient à obtenir de son successeur Thomas de Bayeux la restitution des domaines relevant de Worcester.

Dans les années 1080, il supervise le début de la reconstruction de la cathédrale de Worcester dans le style roman.

Très attaché à la défense des droits de son siège, il commande la réalisation du cartulaire de Hemming vers la fin de sa vie.

Wulfstan meurt à Worcester le 19 ou le 20 janvier 1095.

Il est alors le dernier évêque anglais natif, et le dernier à avoir été élu avant la conquête normande.


Culte

Quelques années après la mort de Wulfstan, le moine Coleman rédige son hagiographie en vieil anglais. Ce texte est perdu, mais sa traduction en latin par Guillaume de Malmesbury subsiste.

Wulfstan est canonisé par le pape Innocent III le 21 avril 1203. Il est particulièrement vénéré par le roi Jean sans Terre, qui demande à être inhumé en la cathédrale de Worcester pour reposer au plus près de lui.

Source :



Saint Wulfstan, parfois Wulfstan IIWolstanWulstan ou Ulfstan (vers 1008 – 20 janvier 1095), évêque de Worcester de 1062 à 1095, est le seul évêque à avoir conservé son diocèse après la conquête normande de l'Angleterre, sous le règne de Guillaume le Conquérant.
Évêque de Worcester, les historiens anglais le tiennent pour une des grandes figures de son époque.
Par son amour de la justice, par ses vertus et son courage, il s'était acquis l'admiration de tous.
Il fonda beaucoup d'écoles, releva le niveau moral du clergé, contribua à l'abolition de l'esclavage.
Il avait un certain goût de la liberté.
Alors qu'il était abbé de son monastère, il autorisait les moines qui craignaient de s'enrhumer à garder les cheveux longs et non pas la tonsure.
En hiver, lui-même portait un gilet en peau d'agneau, alors que les moines l'avaient en peau de chat.
A un moine qui lui demandait pourquoi il se singularisait, il répondit :"On dit bien : agneau de Dieu, aie pitié de moi... et non pas chat de Dieu ...."

Fils d’Aethelstan et de Wulfgifu, un couple du comté de Warwich, en Angleterre, il est éduqué par les moines de l’abbaye d’Evesham.
Ses parent étant entrés en religion chacun de leur côté, il devient lui-même disciple de l’évêque Brithead puis prend l’habit au monastère de Worcester, où il demeure plus de vingt-cinq ans.
En 1062, il est choisi par l’archevêque d’York pour succéder à Aldred comme évêque de Worcester, après avoir reçu l’approbation du saint roi Edouard (surnommé ‘le Confesseur’).
Très apprécié de ses fidèles, il réussit à conserver son siège après la conquête normande, mais il se voit bientôt contraint d’abandonner sa charge à la suite d’une résolution prise au synode de Westminster.
À la suite d’un épisode miraculeux au cours duquel il retire miraculeusement sa crosse d’un rocher dans lequel il venait de l’enfoncer, il est finalement autorisé à demeurer sur son siège.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire