Saint Yves de Chartres († 1116)

Saint Yves de Chartres († 1116)
évêque de Chartres

Image illustrative de l'article Yves de Chartres



Saint Yves de Chartres (né v. 1040 - mort v. 1116) est un acteur majeur dans le conflit qui opposa la papauté et le Saint-Empire romain germanique, la Querelle des Investitures.

Il contribua notamment à une solution de compromis en élaborant une subtile distinction entre investiture spirituelle (qui échappe au pouvoir laïc) et investiture temporelle (remise du temporel par un roi auquel l'évêque prête fidélité) de l'évêque, solution adoptée par la papauté en 1114. 

L'Église catholique romaine le célèbre le 23 décembre.

 

Un intellectuel de premier plan

Formé à l'école épiscopale de Beauvais, à Paris puis à l'abbaye du Bec en Normandie, il eut comme maître Lanfranc et comme condisciple Anselme de Cantorbéry.

En 1078, Yves de Chartres devint prévôt de la communauté canoniale de Saint-Quentin de Beauvais.

Douze ans plus tard, en 1090, le pape Urbain II le proposa pour succéder à l'évêque Godefroy deChartres, accusé de simonie.

Son élection au siège épiscopal dut beaucoup à des qualités qui l'inscrivait dans une tradition intellectuelle ancienne comme celle, par exemple, de Fulbert de Chartres (1006-1028).

 

Un acteur des controverses politiques du royaume de Francie

Il combattit la simonie des clercs, soutenu dans un premier temps par le roi Philippe Ier de France avant la répudiation de Berthe de Hollande en 1090. Dès lors, Yves de Chartres devint l'un des grands adversaires du roi et son remariage avec Bertrade de Montfort en 1092 n'arrangea pas leur relation.

Sa dénonciation de l'adultère du roi, lui valut la prison au château d'Hugues du Puiset entre 1092 et 1093.

Il fut acquitté lors d'un procès qui eut lieu deux ans plus tard.

Il excommunia Gervais Ier de Châteauneuf, seigneur du Thymerais et frappa d'interdit ses terres du fait de la violation répétée par Gervais de la paix de Dieu dont Yves était l'un des principaux promoteurs.

L'excommunication de Gervais fut levée grâce à l'intervention du roi Louis le Gros. Le fils de Gervais, Hugues II de Châteauneuf eut également des démêlés avec Yves.

Celui-ci s'opposa au mariage de Hugues II avec Marie, la fille naturelle du roi d'Angleterre, Henri Ier, qui cherchait à s'attacher les services de ce belliqueux seigneur qui lui faisait la guerre tout autant que son père.

Yves y voyait un mariage incestueux, Hugues et Marie étant cousins au sixième degré.

Par la suite, Hugues fut excommunié tout comme son père du fait de ses attaques incessantes en Normandie.

Hugues en appela au légat Conon, évêque de Préneste pour lever cette excommunication.

 

Une contribution théorique déterminante concernant la Querelle des investitures

Yves de Chartres était réputé comme spécialiste du droit canonique. C'est la Querelle des Investitures qui lui valut sa renommée, dans la mesure où ses réflexions théoriques permirent de mettre fin au conflit qui opposait la papauté à l'Empire.

Ainsi, à l'occasion du conflit qui opposa en 1097 Daimbert de Sens à Hugues de Die autour de l'investiture du premier par le souverain, comme il était consulté il fit, le premier, une distinction subtile entre les dimensions spirituelles et temporelles de l'investiture.

Il soutint que l'investiture au sens strict, celle concernant les seuls biens temporels attachés au siège épiscopal, n'était pas un sacrement et devait être distinguée du « sacrement de l'ordination par lequel le prélat recevait ses responsabilités spirituelles ».

Dans ce schéma, l'investiture, devenue strictement temporelle, pouvait être donnée par un laïc, notamment le roi.

Urbain II choisit finalement en 1098 de confirmer Daimbert en le consacrant à Rome, mais refusa de soutenir le montage théorique élaboré par Yves de Chartres.

Néanmoins, la proposition de l'évêque de Chartres fut reprise et précisée par plusieurs acteurs du temps, notamment Hugues de Fleury.

Émergea ainsi peu à peu l'idée qu'à l'hommage vassalique et l'investiture temporelle par l'anneau et la crosse pouvait avantageusement être substitué un simple serment de fidélité au souverain.

Dans la perspective d'un compromis entre les positions grégoriennes et impériales, cette solution fut acceptée de manière tacite par le pape Pascal II lors de son voyage dans le royaume de Francie en 1107.

Finalement, une bulle papale donna raison à l'évêque de Chartres en 1114.

 

Œuvres

Yves de Chartres est l'auteur de trois collections canoniques importantes pour la scolastique et le droit canon du Haut Moyen Âge :
  • Tripartita, 1093
  • Decretum (Décret), 1094
  • Panormia, 1095
  • Fantasia , 1098








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire