Bienheureux Timothée Trojanowski († 1942)

Bienheureux Timothée Trojanowski († 1942)
 franciscain et martyr


Image illustrative de l'article Stanisław Tymoteusz Trojanowski
 Cadre du bienheureux Trojanowski dans la vieille chapelle de Niepokalanów



Stanisław Tymoteusz Trojanowski (né le 29 juillet 1908 à Sadłowo (Powiat de Żuromin) - mort à Auschwitz le 28 février 1942) est un frère franciscain conventuel, béatifié par Jean-Paul II en tant que victime du nazisme.


Biographie

Il naît avec le prénom Stanislas Antoine (polonais : Stanisław Antoni) en 1908 dans le village de Sadlowo (près de Plock). Il soutient sa famille de condition trop modeste par son travail.

A 22 ans, il entre dans le couvent des frères conventuels à Niepokalanów, sous le nom de frère Timothée (Tymoteusz). Il prononce ses vœux simples le 2 février 1932 et ses vœux solennels le 11 février 1935.

Il contribue à la revue du père Maximilien Kolbe, Rycerz Niepokalanej (« le Chevalier de l'Immaculée »), et s'occupe aussi de l'infirmerie du couvent.

En octobre 1941, il est arrêté par la Gestapo avec six autres frères, et enfermé d'abord à la prison de Pawiak, à Varsovie.

Déporté à Auschwitz, il est mis aux travaux forcés. Il tombe malade, et meurt d'une pneumonie le 28 février 1942 à l'âge de 33 ans.

Il a été proclamé bienheureux par Jean-Paul II le 13 juin 1999, parmi les 108 martyrs polonais du nazisme.

Source : 


Bienheureux Timothée Trojanowski, franciscain et martyr († 1942)


Stanislas Antoine Trojanowski nait en Pologne dans une famille villageoise de Sadlowo ( paroisse de Poniatow, diocèse de Plock en Mazovie ) le 29 juillet 1908.
Il a une scolarité courte, car il doit aider ses parents.
Il entre à 22 ans chez les Frères Mineurs Conventuels ( franciscains ) de Niepokalanow près de Varsovie.
Niepokalanow qui signifie en français Cité de l'Immaculée était un immense couvent, véritable cité mariale avec une basilique, fondée en 1927 par saint Maximilien Kolbe.
A la veille de la seconde guerre mondiale il comprenait environ un millier de frères profès, de séminaristes, de prêtres et d'employés. Un couvent moderne et extrêmement actif avec un immense majorité de jeunes.
Le couvent éditait une revue tirée à 120 000 exemplaires : le Chevalier de l'Immaculée, et émettait une radio propageant le message marial. 
Lorsqu'il entre au couvent en 1930, il prend le nom de frère Timothée. le Père Maximilien Kolbe était alors à Nagazaki au Japon où il resta jusqu' en 1935 pour fonder un couvent.
Timothée prononce ses voeux simples en 1932 et ses vœux solennels en 1935.
Il est chargé de l'expédition de la revue, travaille à l'infirmerie et au magasin d'approvisionnement.
Il avait le désir d'être missionnaire et de " suivre partout la volonté de Dieu."
Lorsque l'armée allemande envahit l'ouest du pays en septembre 1939 et les Soviétiques l'est de la Pologne, la Cité de l'Immaculée est bombardée et saccagée.
Des réfugiés, dont un certain nombre de Juifs, sont accueillis.
Les Allemands veulent en faire un camp de prisonniers et des moines doivent quitter Niepokalanow.
Finalement le camp abrite un hôpital et un centre de réfugiés.
Timothée travaille sans relâche à l'infirmerie.
Le Père Kolbe avait été arrêté fin septembre avec 35 moines, le Père Bartosik et un frère japonais et envoyé à Lamsdorf ( Il sera libéré le 8 décembre 1939 ).
Le frère Timothée décide de rester à Niepokalanow avec un groupe de moines, la plupart très jeunes, mais la situation empire : Le Père Maximilien Kolbe est à nouveau arrêté en février 1941 avec le bienheureux Père Pie Bartosik, le bienheureux Père Antonin Bajewski et les Pères Justin Nazim et Urbain Cieslak. Ils seront déportés.
Après l'attaque d' Hitler contre l'URSS à l'été 1941 la répression augmente.
Le frère Timothée est arrêté par la Gestapo en octobre avec six autres religieux dont le bienheureux  Père Boniface Zukowski.
Ils sont envoyés à la prison de la rue Pawiak à Varsovie.
Déporté à Auschwitz en janvier 1942, il est mis aux travaux forcés : transport de matériaux de construction, puis extraction et transport de gravier.
Dans d'horribles conditions de faim et de froid, il arrivait à réconforter ses frères dans la foi.
Epuisé, il meurt d' une pneumonie le 28 février 1942. Il avait 34 ans.
Il a été béatifié par Jean-Paul II le 13 juin 1999 à Varsovie avec d'autres martyrs polonais.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire