Saint Quintien († v. 525)

Saint Quintien († v. 525)
 évêque

Saint Quintien, évêque († v. 525)


Prêtre du patriarcat de Carthage, il fuit cette province du fait des persécutions des Vandales.

Il se réfugie à Rodez. En 487, à la mort de l'évêque du lieu, saint Amans, il lui succède.

Cependant, face aux persécutions des Wisigoths ariens parce que favorable aux Francs à la veille de la bataille de Vouillé ; il se réfugie chez les Arvernes.

En 515, à la mort de l'évêquesaint Eufrèse (Eufrasius), il est élu évêque de Clermont.

Sources


C'est Grégoire de Tours qui nous parle de Saint-Quintien (Quintianus) dans son Histoire des Francs (livre III) :

« Après le décès du bienheureux Apruncule (Aprunculus), les habitants d’Auvergne eurent pour douzième évêque saint Euphrasius. Il mourut quatre ans après Clovis, dans la vingt-cinquième année de son épiscopat. Alors le peuple ayant élu saint Quintien (Quintianus), qui avait été chassé de Rodez, Alchime et Placidine, l’une femme et l’autre sœur d’Apollinaire, vinrent à lui et lui dirent : Saint homme, qu’il suffise à ta vieillesse d’avoir été désigné pour évêque, et permets, par ta bonté, à ton serviteur Apollinaire de monter à ce poste d’honneur. S’il parvient à cette élévation, il sera soumis à ton plaisir. Prête à nos humbles propositions une oreille de bienveillance ; et c’est toi qui gouverneras ; il accomplira en tout tes commandements. A quoi il répondit : Pourquoi l’emporterais-je, moi qui n’ai personne sous ma puissance ? Tout ce que je demande, c’est que, tandis que je vaquerai à l’oraison, l’église me fournisse ma nourriture quotidienne. Dès qu’elles eurent entendu ces paroles, elles envoyèrent Apollinaire vers le roi (Théodoric). Il lui fit beaucoup de présents, et, en le quittant, obtint l’épiscopat ; il en jouit injustement pendant quatre mois, puis sortit de ce monde. Lorsque sa mort fut annoncée à Théodoric , il ordonna d’instituer à sa place saint Quintien, et de lui remettre tous les pouvoirs de l’Église, disant : Il a été chassé de sa ville à cause de la vivacité de son attachement pour nous ; et aussitôt il envoya des messagers convoquer les prêtres et le peuple qui l’élevèrent au siège de l’Église d’Auvergne, et il fait le quatorzième évêque de cette Église. Le reste des choses qui le concernent, tant ses miracles que le temps de sa sortie de ce monde, est écrit dans le livre (Vie des Pères) que nous avons composé sur sa vie. »
Saint Quintien, Africain de naissance, abandonna son pays, pour se (soustraire à la fureur des Ariens qui persécutoient les Catholiques. Etant paste en France fur la fin du cinquième siécle , il s'arrêta dans le Rouergue, & fut élu Evêque de Rodez, quelque temps après la mort de Saint Amant. II se fit principalement admirer par l'intégrité de ses mœurs, parla vivacité de son zele , & par l'é-' tendue de fa charité. 11 se trouva en 506 , au Concile d'Agde , on présidoit Saint Césaire d'Arles. Cinq ans après, il assista au premier d'Orléans, où se hrent de sages Règlements pour le maintien de la discipline ecclésiastique.
A son retour d'Orléans , il voulut faire la translation des Reliques de Saint Amant son prédécesseur. Mais on lit dans Saint Grégoire de Tours , que le saint Evêque de Rodez reprit Quintien d'avoir remue ses Os , & qu'il lui prédit que bientôt il fcroit ôté de fa place , fans perdre toutefois la qualité d'Evêque. Peu de temps après, le trouble se mit dans la Ville. Les Wisigots, dont le parti étoitleplus fort,so déclarèrent contre Quintien , qui paroissoit affectionné aux François ; ils voulurent même attenter à fa vie , dans la crainte qu'il ne livrât tlodez à ceux qu'ils regardoient comme leurs ennemis, fur-tout à cause de leur attachement à la Foi Catholique. Ils s'imaginoient d'ailleurs que cette Ville devoït rentrer fous leur puissance , par la mort deClovis ^ quoique ce Prince eût soumis toute FAquitaine à son Empire.

Le Saint, averti du danger qui menaçoit ses jours , se sauva èn Auvergne, où le saint Evêque Eusraise/qui l'avoit vu Tannée précédente au Concile d'Orléans, lui fit l'accueil le plus honorable. U le retint dans fa Ville , & lui assigna des revenus pour fournir à fa subsistance. L'Evêque de Lyon lui céda auffi des fonds de terre qu'il posiedoit dans le même pays.
Saint Eufraise étant mort vers i'an 515, notre Saint fut élevé fur le Siège d'Auvergne. If souffrit avec patience les peines que lui suscita un certain Prêtre , nommé Procule. Ce méchant homme ne se contenta pas de traverser les bonnes intentions de son Evêque , il usurpa encore tous les revenusde l'Evêché. Quintien n'auroit pas eu de quoi subsister , si les principaux de la Ville n'eussent réprimé l'avarice de Procule. On dut principalement à ses prières la conservation de la Ville d'Auvergne ,
Sue le Roi Thierri avoit juré de démolir. II échit la dureté du Sénateur Hortensius qui, retenoit injustement en prison un de ses parents. II mourut le 13 Novembre 517. On l'honore à Rodez le 14 de Juin. C'est aussi fous ce jour que son nom se trouve dans plusieurs Martyrologes.
Voyez Saint Grégoire de Tours , de Fit. J>atr. c. 4 ; & Kist. Fr. t. 2. c. $Ç. I. 3. ç. ziz , /j ; & le Gallìa C/ir. Nova, T. 1. p. tc)8. T. z,
Source : 
En savoir plus : 








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire