Saint Théodore le Stratélate (4ème s)

Saint Théodore le Stratélate (4ème s)
 Martyr à Héraclée 


Teodor Stratilat.jpg
 Théodore le Stratilate, fresque de Manuel Panséline, mont Athos XIIIe siècle-XIVe siècle



Théodore le Stratilate ou Théodore le Stratélate (grec moderne : Θεόδωρος ο Στρατηλάτης; ?, Evkhait — 8 février 319, Héraclée du Pont) est un saint chrétien vénéré comme mégalomartyr.

Sa mémoire est honorée au sein de l'Église orthodoxe le 8 février et le 8 juin (calendrier julien), et le 7 février dans l'Église catholique.

Il est vénéré par les chrétiens comme patron de l'armée.

Il est parfois représenté ensemble avec Théodore Tiron également saint et martyr.

C'étaient tous les deux des soldats mais l'un était une nouvelle recrue (Tiron) alors que l'autre était un chef militaire (stratilate). Ils sont vénérés comme l'incarnation des principes chrétiens dans la puissance militaire de l'Empire romain.


Théodore le Stratilat et Théodore Tiron

Source :



Martyr à Héraclée, capitale de la province du Pont.
Général dans l'armée impériale, il était chrétien et n'hésitait pas à le faire paraître.
Il fut condamné à la peine du feu pour avoir mis le feu au temple de la déesse Amasée.

Originaire de la région d'Amasée, il fut nommé général dans l'armée de l'empereur Licinius et gouverneur de la ville d'Héraclée.
Un jour qu'il accueillait l'empereur, celui-ci, admirant le bon ordre de la cité, lui proposa une fête avec l'offrande d'un sacrifice aux dieux païens.
Il refusa, fut arrêté et torturé sur le chevalet par des coups de nerf de boeuf et des débris de céramique qui lui arrachaient la peau.
Des enfants s'amusèrent à lui crever les yeux.
Puis n'étant revêtu que du signe de la croix qu'il traça sur lui, il inclina la tête et reçut d'un coup de glaive la couronne de la gloire.
Il est probablement identique à saint Théodore le conscrit.

Théodore le conscrit :ou Théodore le Tiron.
Il est vénéré sous plusieurs noms et à plusieurs dates.
En Occident le 7 février sous le titre de Stratélate (le général) et le 9 novembre sous le nom de Tiron (le conscrit).
Le calendrier liturgique byzantin en fait mémoire au premier samedi de Carême. 
Né en Asie Mineure à Amasée, enrôlé comme conscrit dans l‘armée romaine, il aurait anéanti un dragon qui dévastait la ville.
Arrêté comme chrétien, il confesse sa foi au Fils de Dieu.
Relâché sur l'intervention de son chef, il met le feu au temple de la Mère des dieux.
De nouveau arrêté, supplicié, il est condamné à être brûlé vif. 
Un important culte populaire se développe autour de son tombeau, lié d'ailleurs à deux autres saints militaires : Georges et Dimitrios.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire