Saint Valérien, martyr à Rome († 260)

Saint Valérien
Martyr à Rome († 260)

Saint Valérien. Martyr à Rome (+ 260)
Le pape Urbain célèbre le mariage de Valérien et Cécile



Saint Valérien, Sanctus Valerianus (Rome, 177 - Rome 229), Valerius, gentilice romain, et suffixe diminutif anus.


Histoire

Sanctus Valerianus fiancé à Sainte Cécile, converti par elle le jour de leur mariage.

Le pape Urbain reçoit son acte de foi : Un seul Dieu, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout et en nous tous (Eph 4), et le baptise.

Condamné à mort avec Tiburce, parce qu'ils donnaient une sépulture aux chrétiens massacrés ; avant leur supplice, ils convertirent Maxime, leur bourreau. Martyr à Rome, le 14 avril 229.

Tous trois sont fêtés le même jour. Fête : 14 avril.

Valérien de Rome est représenté avec un ange et les instruments de sa torture.

Il est invoqué contre les tempêtes.

Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rien_de_Rome

Tiburce, Valérien et Maxime. Trois valeureux romains, droits dans leur conscience et dans leurs convictions.

Tous trois payent très cher leur conversion.

L’affaire remonte aux noces de la noble et chrétienne Cécile.

Épousant le patricien Valérien, elle le convainc de rencontrer le pape Urbain.

Baptisé par ce dernier, Valérien tout heureux en parle à son frère Tiburce.

Après quelques objections et résistances, Tiburce rencontre à son tour Urbain et reçoit le baptême.

Les deux frères passent outre l’interdiction impériale d’enterrer les chrétiens martyrisés et leur procure une sépulture décente.

Cette infraction leur vaut l’arrestation et la condamnation à être décapités.

Conduits au lieu d’exécution par Maxime, secrétaire du préfet, ce dernier est ému par la jeunesse des prisonniers et leur force de conviction.

Il demande d’être instruit.

Les deux frères lui suggèrent de convaincre les bourreaux de les emmener dans sa maison passer la nuit et de remettre l’exécution au lendemain. Ainsi fut fait.

Après une longue nuit d’instruction, Maxime est baptisé. 

Au moment de la décapitation de Tiburce et Valérien, Maxime vit des anges venir chercher leurs âmes.

Quand il en parla autour de lui, plusieurs crurent ce fonctionnaire exemplaire et se convertirent.

L’affaire ébruitée vaudra à Maxime sa propre arrestation.

Condamné à être battu avec des fouets plombés jusqu’à ce que mort s’en suive, ainsi finit Maxime.

Cécile vint pour l’enterrer auprès de Tiburce et Valérien dans un sarcophage neuf sur lequel elle fit sculpter un phénix pour rappeler sa foi en la résurrection « sur la voie Appienne, dans le cimetière de Prétextat ».

Les biens de nos martyrs sont confisqués et Cécile, quelques jours après arrêtée et par trois fois transpercée. 









 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire